Logo menu
Enseignes Candidats Territoires Emplacements

Bercy: "Vous avez démontré que la désertification commerciale n'est pas une fatalité"

Publié le
28 février 2017

La Ministre du Commerce et de l'Artisanat, Martine Pinville, a réuni les acteurs du commerce à Bercy pour plancher sur les expérimentations relatives à la dynamisation commerciale des centre-ville. inSiti figurait parmi les participants à cette table-ronde. Transcription de son discours de clôture de cette demi journée riche d'échanges.

Au terme de ce grand rendez-vous sur le commerce de proximité je voudrais remercier chaleureusement les participants (ndlr: dont inSiti) venus de toute la France qui sont venus partager leurs visions et expériences de la revitalisation des centres-villes.
vous avez démontrés chacun ici présent que non la dévitalisation commerciale n'est pas une fatalité, il existe au contraire plusieurs approches pour répondre aux nouveaux modes de consommation de nos concitoyens. Ces assises ont permis de discuter de belles initiatives grâce à la richesse des profils présents ici et je tiens aussi à saluer la DGE qui s'est mobilisé pour cette belle réunion des acteurs du commerce. Il y a 6 ans, j'avais pris l'engagement d'organiser ces assises pour réunir tous ceux qui avaient un rôle à jouer dans la dynamisation commerciale des centres-ville. aujourd'hui, cet objectif a été atteint, voire dépassé, cette réflexion a constitué un accélérateur d'idées, un tournant dans notre approche collective du commerce de proximité en France et c'est votre mobilisation, professionnels et élus, que nous avons vu là ce matin. Nous avons développé en 2014 à la quasi-unanimité une loi qui a été importante pour soutenir la diversité, la modernisation et le développement des commerces de proximité, la loi Pinel, qui avait vocation a créer de nouvelles mesures pour accompagner au quotidien les commerçants et artisans et les TPE dont aujourd'hui, je veux le rappeler, le CA représente 25% du PIB et 7 millions de salariés! Il nous a semblé urgent d'agir pour rénover le régime des baux commerciaux. Nous sommes conscients que les loyers représentent des charges parfois plus élevées que les charges de personnel, des mesures ont été prises pour plafonner la hausse des loyers, les adapter à l'activité et rendre plus stables et plus équitables les baux commerciaux. D'autres règles ont été mises en place pour équilibrer les relations entre les locataires et les bailleurs, faciliter l'implantation des nouveaux commerces et lever les freins aux reprises d'activité. Nous avons également modifié le mode de fonctionnement du FISAC pour qu'il retrouve sa pleine efficacité. Il est ainsi passé d'une logique de guichet à une logique d'appel à projets nationaux et entre 2012 et 2016 c'est 60 m€ qui ont été mobilisés à travers cela. Nous avons fait en sorte de rééquilibrer la composition des commissions nationales et départementales d'aménagement commercial (CDAC) pour assurer une meilleure représentativité des élus locaux.

Voici autant de mesures qui permettent de pallier à la tendance lourde qui s'observe dans les villes moyennes depuis une 15aine d'années, celle de la vacance commerciale, aujourd'hui c'est un local sur 10 qui est inoccupé en moyenne. Chacun d'entre vous a pu faire ce constat de la place qui est la vôtre. Ce constat est sans appel et nécessite une politique ambitieuse mais le succès de cette politique repose essentiellement sur la mobilisation de tous autour des leviers suivants:

Axes d'intervention:

- Il est indispensable d'intégrer le commerce de centre ville au sein des stratégies d'urbanisme dans leur globalité. on connait tous les outils et documents, il faut avoir dans ces documents une politique liée au commerce et un équilibre entre le centre et la périphérie. Pour un grand nombre de villes moyennes, ces surfaces extérieures ont été des offres de substitution. Nous devrons trouver le cadre européen s'il le faut pour trouver les leviers d'urbanisme des villes moyennes.
- Il faut mobiliser les élus et les commerçants de façon systématique pour innover ensemble, (exemple des labos de territoires), sans innovation il n'y a pas de progrès. Sans une bonne mise en relation des élus et commerçants et tous les concitoyens qui souhaitent être plus participatifs. Il y a un manque d'information sur les bonnes pratiques et professionnels qu'ils pourraient mobilier.
- Autre priorité, accélérer la transition numérique du petit commerce; nous l'accompagnons déjà mais devons aller plus loin pour faire du centre-ville le champion de la transition numérique.

Je me réjouis de la qualité des échanges et de la diversité des bonnes pratiques, de Cahors, à Mulhouse, à Bourg-en-Bresse, etc.

Pour conclure ces Assises nationales, je voudrais lancer avec vous 3 dispositifs immédiats pour la revitalisation commerciale des CV:

1. Le portail "coeur de ville" piloté par la DGE qui offre des outils, infos, guides, fiches, études, rapports de groupes de réflexion, etc.
2. Orientation cette année des appels à projets Fisac sur les centres-ville dégradés dans les villes présentant un fort taux de vacance. De plus une enveloppe de 1m€ a été mobilisée pour soutenir des opérations qui font appel à une ingénierie de projet, porteurs de partenariats innovants public / privé.
3. Je compte adresser prochainement une circulaire aux préfets pour attirer leur attention sur le fonctionnement des CDAC et leur rappeler les enjeux liés à l'équilibre du commerce.

La redynamisation commerciale ne pourra se faire qu'avec une mobilisation des énergies au niveau local!


FERMER
Notre équipe vous assiste gratuitement pendant votre utilisation d'inSiti.
Une question ?
Insiti-business-team

Bienvenue sur inSiti

Le navigateur que vous utilisez actuellement ne permet pas de bénéficier d'un usage complet du site inSiti.com

Afin de vous permettre d'utiliser inSiti, nous vous recommendons de mettre à jour votre navigateur ou de télécharger le navigateur suivant :

Header-logo-inverse.510f97e92635